Les pin's

Pin’s vintage, une tendance qui revient à la mode

tableau en liège pin's

Pin's vintage les débuts du phénomène

Instant nostalgie les amis, il a été impossible de passer à côté de la « pin’s vintage mania » qui a déferlé sur la France à la fin des années 80 et au début des années 90.

A ce moment là, que l’on ait été un enfant, un ado ou un adulte, on n’y a pas échappé. Nous les épinglions sur nos pulls, nos vestes en jean, nos perfectos en cuir, nos sacs ou nos trousses. Ils étaient partout ! 

On a tous encore aujourd’hui chez nous quelques pin’s qui traînent dans une vieille commode ou dans notre grenier.

Vous souvenez-vous des tonnes de pin’s vintage que l’on épinglait sur des tableaux en liège, ou même, certains d’entre nous avaient des classeurs pour les ranger par catégories ?

Pin's vintage : l'origine

Pin's vintage dans le monde

Au commencement, le phénomène des pin’s vintage nous donne rendez-vous aux Etats-Unis. C’est à l’occasion des jeux olympiques de Los Angelès en 1984 que Budweiser, un des sponsors, avait installé une tente où les collectionneurs pouvaient échanger ces petits objets promotionnels.

En effet, une différence était notable à ce moment là, car les pin’s ne se fixaient pas avec une attache mais avec une sorte de petit écrou vissé sur une tige.

Aujourd’hui, l’attache la plus utilisée que nous connaissons tous se nomme « attache papillon« , c’est cette petite épingle que l’on pince entre deux doigts pour attacher et détacher le pin’s.

Le phénomène était totalement inédit. Personne n’aurait parié sur le succès de ces nouveaux objets publicitaires.

De fait, pendant ces J.O de 1984, les pin’s, notamment Coca Cola, s’arrachaient entre fans. Ils ont eu un énorme succès ! 

Les responsables n’en revenaient pas que les gens acceptent de porter des pin’s et faire la publicité d’une marque mais en plus de payer pour ! 

En outre, un support publicitaire qui se vend, se porte, s’échange et se collectionne, un rêve pour toutes les entreprises !

Pin's vintage en France

Au départ, en France, les premiers pin’s vintage ont été créé en 1956 par Europe N°1 mais sans avoir beaucoup de succès car leur faible nombre ne permit pas une large diffusion.

Ensuite, l’ORTF créa un modèle de pin’s en 1968 pour les jeux olympiques d’hiver de Grenoble.

Suivi, en 1975 un pin’s du Comité d’Entreprise d’Antenne 2 qui reprenait le logo de la chaîne dessiné par le peintre Georges Mathieu.

Mais le vrai succès a démarré en 1987 avec les pin’s vintage du tournoi de Roland Garros

La même année, à l’Open de Bercy, il innova en reproduisant l’affiche du tournoi sur une série de 7 pin’s, une couleur par jour, à destination des V.I.P présents lors de la compétition.

Pour Roland Garros, il fit fabriquer 4 pin’s en couleurs et un blanc. Le succès dépassa très largement ses espérances. Les joueurs et les spectateurs s’arrachèrent ce petit objet, signe de ralliement à la compétition. 

Les entreprises spécialisées n’existant pas au départ, ce sont donc les fabricants de médailles et d’insignes civils et militaires qui se sont convertis à ce support en adaptant leur savoir-faire. La première et la plus connue a été la maison Arthus-Bertrand.

La folie du pin's vintage : Pin's mania !

Et le temps de la « pin’s vintage addict » ou « pin’s mania » est arrivé. Ce petit gadget ludique a connu un vent de folie auprès du public et la demande a explosé. C’était un véritable phénomène de société, touchant indistinctement les générations et les classes sociales.

C’était aussi en puissant phénomène marketingun nouveau média à part entière, apportant une notoriété dix fois plus efficace et plus économique qu’une grosse campagne de pub. 

Chaque entreprise, chaque marque, chaque association avait ses propres pin’s et les distribuait gratuitement ou les faisait gagner lors de jeux concours.

Les pin’s étaient apparus aux Etats-Unis, mais la France a été le premier pays où ils déchaînaient une telle passion.

Le pin’s vintage devient un support inévitable pour promouvoir un produit ou service et mettre en avant un évènement culturel ou sportif.

Les collectionneurs se ruent sur ce petit objet qu’ils troquent et s’échangent au fil des acquisitions.

La « Pin’s mania » touche tous les âges et les hommes comme les femmes car c’est un accessoire qui se veut mixte. Avec le temps, l’âge d’or du pin’s s’éloigne peu à peu jusqu’à tomber dans l’oubli à la fin des années 1990. Mais la belle histoire du pin’s vintage ne s’arrête pas là puisqu’ils reviennent en force depuis les années 2010, avec des designs et styles plus modernes qui ne cessent d’enchanter les collectionneurs et de séduire de nouveaux adeptes.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.